Le patrimoine arboré
La protection du patrimoine arboré

La protection du patrimoine arboré


Le cadre urbain

Les tilleuls sont particulièrement bien représentés, notamment le long du ruisseau “Hirtzbach” autour duquel s’articule le village. Ces arbres, plantés pour la plupart au XIXe siècle, ont traversé les vicissitudes de l’histoire récente de notre commune et tout particulièrement la grande guerre sans trop de dommages. Depuis peu apparaissent des signes inquiétants de dépérissement liés semble-t-il aux travaux de voirie et à l’usage de sel de déneigement. Régulièrement les services municipaux sont dans l’obligation d’abattre les arbres menaçant la sécurité publique, non sans les remplacer immédiatement par de jeunes arbres.

A l’entrée Nord-Ouest du village en direction de Carspach, en contrebas de la R.D. 432, un calvaire est entouré de deux remarquables tilleuls,

ainsi en est-il de la Chapelle Sainte Afre sur les hauteurs du village.

La Chapelle Saint Léger, quant à elle, doit son cadre bucolique en grande partie aux marronniers qui l’entourent.

Le parc Charles de Reinach : agrémenté de constructions rustiques en trompe l’oeil, d’une glacière naturelle (unique dans la région) et de bassins d’eau, ce merveilleux parc paysager de type jardin anglais de deux hectares abrite des variétés d’arbres rares sous nos cieux, monumentaux pour certains qui font l’objet constant de soins minutieux et attentifs.
Datant du début du XIXe siècle, mis à la disposition de la commune par la famille de Reinach en 1982 et ouvert au public, ce parc a été inscrit sur l’inventaire supplémentaire des Monuments Historiques le 05 septembre 1996.

Le paysage agraire

Hirtzbach a su concilier aménagement foncier et préservation du patrimoine arboré, en se constituant des réserves foncières dans le cadre du remembrement rural réalisé en 1990.
Ces réserves qui n’ont pas été destinées, comme c’est souvent le cas, à des lotissements, ont permis de créer et de préserver des haies naturelles et champêtres indispensables à la bio-diversité (refuge et lieu de reproduction pour la petite faune et les insectes).
Une attention particulière a été apportée dans les échanges de terrains au maintien des arbres afin de respecter la couronne de vergers qui entoure traditionnellement les villages sundgauviens et éviter les abattages systématiques avant transfert des propriétés.

La plupart des vergers traditionnels à haute tige ont été réattribués et donc préservés.

La commune, propriétaire des quelques haies bordant les chemins, en a confié la gestion au Conservatoire des Sites Alsaciens (siège : Ecomusée de Haute-Alsace à UNGERSHEIM - 68), aux fins d’assurer l’entretien de ces plantations, de maintenir et/ou de reconstituer une diversité biologique optimale, de rétablir les fonctions du lit majeur de l’Ill et de garantir la pérennité des haies champêtres.

La ripisylve de l’Ill fait l’objet des mêmes mesures de protection. Ce boisement linéaire de près de 5 000 mètres constitue un élément primordial de la trame paysagère. Il est essentiellement constitué de saules blancs et d’aulnes.

La forêt

Le ban de Hirtzbach comprend environ 600 hectares de forêts dont 530 sont propriété de la commune.
Le massif forestier est géré méticuleusement avec le précieux concours de l’Office National des Forêts, conformément au Plan d’Aménagement Forestier en cours (1994 - 2013).
Dans les années 1980, la municipalité a décidé d’extraire du plan de coupe une petite parcelle de chêne pédonculé. Au-delà de l’approche esthétique, les arbres de cet îlot de quelques hectares ont une fonction écologique du fait de leur vieillissement naturel.

Date de publication: 07/05/2010 13:58
comments powered by Disqus